Ma plus belle victoire

Interview exclusive
«Monica Seles, dans votre autobiographie, « Getting a grip on my body, my mind, my self » *, vous revenez sur votre combat contre la boulimie. Pouvez-vous nous en parler ?
Je pense que la plus belle victoire de ma vie, bien au-delà de n’importe quel match de tennis, c’est celle que j’ai remportée sur la nourriture, parce que c’est si troublant, si personnel, d’autant plus pour une femme. En tennis, quand je gagnais ou je perdais, c’était une lutte, mais je pouvais passer à autre chose assez rapidement. Avec la nourriture, c’était tous les jours, trois à quatre fois par jour. Il était si difficile pour moi de gagner ce combat… Alors, quand il y a sept ans, j’ai remporté cette bataille, c’est comme si on m’avait enlevé un énorme poids de mes épaules. Je suis devenue une personne plus heureuse et en meilleure santé.

C’est une source de fierté…

Oui, fierté, c’est le terme exact. Je peux avoir des jours plus ou moins faciles, être triste ou heureuse, mais je ne me réfugie plus dans la nourriture. Je suis très fière de moi parce que la seule personne qui pouvait le faire, c’était moi. Vous pouvez avoir un coach ou un nutritionniste, mais si vous ne voulez pas faire cette démarche à l’intérieur de vous, ça ne marche pas. Je pense d’ailleurs que beaucoup de choses viennent de l’intérieur.
Est-ce une revanche ?
Non, revanche n’est pas le mot parce que c’est davantage à l’intérieur que vous luttez, que vous vous battez. Parfois, quand vous être triste ou déprimé, la nourriture est un confort mais ensuite, vous vous rendez compte que pour votre travail, votre santé, votre bien-être, ce n’est vraiment pas bon, mais c’est tellement plus fort que vous ! C’est comme une addiction. Certaines personnes sont dépendantes à l’alcool ou aux cigarettes. Moi, c’était la nourriture. La nourriture était plus forte que moi. C’était donc super de pouvoir me dire : « Hé, je peux la contrôler ». J’adore manger, je mange désormais ce que je veux, mais je connais les quantités parce que ce n’est plus l’émotion qui dirige.

«Je me dis simplement que je suis très chanceuse d’avoir fait ce que j’aimais. J’espère maintenant trouver quelque chose que j’aime autant que le tennis»

Toujours dans votre autobiographie, vous évoquez votre rencontre avec Nelson Mandela. Qu’en est-il de votre propre image ?

(Gênée) J’ai eu la chance de pratiquer un sport que j’aimais. Malheureusement, beaucoup de choses me sont arrivées, comme mon agression, notamment. Malgré tout, je me suis battue. Mais quand j’ai l’opportunité de rencontrer des personnes comme Monsieur Mandela, et même dans le tennis, des joueuses comme Martina Navratilova, qui sont plus grandes que le sport, parce qu’elle a tellement fait pour les femmes, c’est toujours un très grand honneur, vraiment. Moi, je me dis simplement que je suis très chanceuse d’avoir fait ce que j’aimais. J’espère maintenant trouver quelque chose que j’aime autant que le tennis.

Vous ne vous voyez donc pas plus grande que le sport ?

Non ! Je ne pense vraiment pas (rire gêné) ! Je suis si chanceuse d’avoir fait quelque chose que j’aimais… J’étais forte dans mon sport, et à chaque fois que je rentrais sur le court, je donnais 110%. C’est tout.

Pour finir, quelle est la question que l’on ne vous a jamais posée et à laquelle vous aimeriez répondre ?

J’aimerais revenir sur la manière dont les gens perçoivent le tennis et les joueurs. Je dis toujours aux jeunes filles que je rencontre : « Oui, le tennis, c’est super, mais pas si glamour que ce que vous croyez. Vous n’avez pas des séances photos tous les quatre matins ». Chaque jour, c’est beaucoup d’entraînement, beaucoup de travail acharné et beaucoup de sacrifices. J’essaie toujours de transmettre ce message aux joueuses qui me disent : « Oh, je voudrais vous ressembler un jour ». D’accord, mais il y a beaucoup d’étapes pour arriver au sommet. Pourtant, si vous rêvez en grand, que vous travaillez beaucoup et que vous êtes bien entourée, alors oui, le rêve peut devenir réalité. J’en suis l’exemple parfait (sourire).»

Propos recueillis par Julien GIOVANELLA

source:lequipe.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :